SOUTIEN AU DOCTEUR DIDIER POUPARDIN

contre le rationnement des soins

Des maladies non-sans rapports entre-elles !

Un exemple :

ASTHME ET CHOLESTEROL

Le traitement de l’hypercholestérolémie est une prévention de maladies très graves, dont l’infarctus du myocarde. L’asthme est une maladie des voies respiratoires. La simvastatine est un des médicaments de l’hypercholestérolémie. Mon patient est atteint d’un asthme grave, pris en charge à 100% et a un taux élevé de son cholestérol. Il s’aggraverait bien évidemment s’il avait en plus un infarctus du myocarde. J’ai donc inscrit  la simvastatine dont il avait besoin dans la partie haute de l’ordonnance bizone.  C’est du bon sens au moins autant que de la médecine.    Il est invraisemblable que la direction de la CPAM m’ait reproché d’avoir fait en sorte que ce médicament soit pris en charge à 100%  , sous prétexte que la simvastatine n’est pas un médicament de l’asthme.

C’est un exemple de l’incongruité scientifique à laquelle peut conduire les médecins s’ils respectent à la lettre les consignes des ordonnances bizones. Les maladies prises en charge à 100% sont des maladies graves, il va de soi que l’adjonction  d’une autre maladie grave multiplie les conséquences de chacune de ces maladies. La prévention de ces autres maladies entre donc dans les devoirs impératifs du médecin et il doit tout faire pour s’assurer que son malade suivra ses prescriptions. Je vais développer quelques notions sur l’asthme et les cardiopathies pour éclairer mon raisonnement.

I/  L’ASTHME

L’asthme est une atteinte inflammatoire chronique des voies aériennes avec épisodes

récidivants de dyspnée, de gêne respiratoire, de toux et de sifflements thoraciques à prédominance nocturne.

Quel est le degré de gravité d’une crise d’asthme ?

Des crises graves peuvent mettre  en jeu le pronostic vital.  La gravité d’une crise d’asthme est liée à l’importance de l’obstruction des voies aériennes, à la plus ou moins grande  rapidité de réversibilité de l’obstruction sous traitement. Ce sont ces asthmes graves qui sont prises en charge à 100% en affection de longue maladie (ALD).

II/  LES CORONAROPATHIES et le CHOLESTEROL

L’infarctus du myocarde est une coronaropathie, c’est une maladie grave.

Des études scientifiques  montrent  qu’une augmentation du taux de cholestérol est associée à une augmentation de la mortalité par ce type de cardiopathie.

Le cholestérol en excès favorise en effet, par la formation de caillots et de plaques sur les artères, la survenue de l’infarctus ou d’autres maladies graves.

L’excès de cholestérol peut donc avoir des conséquences sérieuses pour la santé… et pourtant, on ne ressent généralement pas grand-chose jusqu’à l’apparition des complications qui peuvent mettre la vie en danger ou provoquer de graves handicaps. C’est pourquoi, il est souvent difficile de bien suivre son traitement chaque jour, quand aucun symptôme ne vous rappelle que vous êtes malade. Pourtant, seule une prise en charge au long cours permet d’éviter ces complications.

Le plus souvent, le seul signe de l’hypercholestérolémie est donné par l’analyse de sang, qui va montrer concrètement l’excès de cholestérol. Les patients sont souvent peu motivés pour prendre un médicament tous les jours. Conséquence : les interruptions du régime et/ou du traitement médicamenteux sont fréquentes. On estime que la moitié des patients sous traitement médicamenteux l’abandonnent dans l’année.

De façon générale, plusieurs facteurs sont pointés du doigt pour expliquer la difficulté de l’observance du traitement. Le coût des médicaments n’est pas négligeable dans ces facteurs.  Par exemple, une boîte de simvastatine 20  de 28 cp coûte 13,67 €, remboursé à 65%.  Ce qui fait pour un cp par jour une somme de un peu plus de  8,8 € par mois . Lorsqu’on rajoute les 50 centimes par boîte etc… on peut comprendre que cela entre en ligne de compte dans l’irrégularité de la prise. En outre, le fait qu’un médicament ne soit pas remboursé à 100% incite le patient à penser qu’il est moins important pour lui que celui qui est dans la partie supérieure de l’ordonnance bizone.

Je rajouterai à cette démonstration qu’il est anormal que les dyslipidémies (élévation  du taux de cholestérol et des autres graisses du sang) ne figurent pas dans la liste des maladies prises en charge à 100%. Si c’était le cas, de nombreuses personnes seraient sans problème  en ALD pour deux maladies.

Dr Didier Poupardin

UN NON SENS SCIENTIFIQUE ! cliquer ici pour ouvrir cette interview du Dr Poupardin : Non sens scientifique

Publicités

20 septembre 2010 - Posted by | A LA UNE, ANNONCES, DANS LA PRESSE

2 commentaires »

  1. […] -> Des  maladies non- sans rapports entre elles… voir l’interview du Dr Poupardin en cliquant ici […]

    Ping par A LA UNE + GADGETS UTILES… cliquez sur les logos… « SOUTIEN AU DOCTEUR DIDIER POUPARDIN | 20 septembre 2010 | Réponse

  2. […] Des  maladies non-sans rapports entre elles… voir l’interview du Dr Poupardin en cliquant ici ->Interview : Un Non-sens scientifique : cliquez […]

    Ping par A LA UNE + GADGETS UTILES… cliquez sur les logos… « SOUTIEN AU DOCTEUR DIDIER POUPARDIN | 20 septembre 2010 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :